mercredi 5 mars 2014

Pénélope

Pas peu fière hier en conseil de classe qu'un de mes élèves sache parfaitement expliquer qui elle était et cette toile qui la rendit célèbre (oui, les femmes de héros peuvent être célèbres pour autre chose que leur mari !)... Et sa fierté à lui aussi de montrer qu'il sait.
Je me dis qu'on n'avance peut-être pas toujours très vite, mais qu'on avance bien.

Aujourd'hui, Pénélope c'est moi. 
10.50 : Pas d'enfants, je m'attèle à mon tricot. Pour une fois à la lumière du jour, c'est fou ce qu'on y voit mieux ! Et tiens, je me rappelle pourquoi j'ai choisi cette laine : quand il fait jour, elle a une couleur magnifique...

10.55 : Y a pas à dire, y a vraiment un truc qui cloche dans le point depuis le raglan... 

11.11 : J'essaye de me persuader que c'est la lumière / un effet d'optique / les nuances de la laine... Parce que ça monte vite ce matin, c'est que je pourrais même finir le raglan avant que les filles ne rentrent ! Et la bande de boutonnage demain... et déjà je réfléchis : avec quoi je vais le mettre ce gilet...

12.04 : Une bonne douzaine de rangs (de +/- 250 mailles... ) plus tard : la méthode Coué a ses limites... y a vraiment un truc qui cloche dans le point.

12.05 à 12.30 : échange de mails avec Julie et confirmation du diagnostic. Un seul remède : détricoter. Détricoter tout ce que j'ai péniblement monté depuis samedi, à grand renfort de The Voice et de Top Chef... Adieu mon rêve de porter vite vite ce gilet sur lequel je travaille depuis si longtemps.

Je sais que rien ne sert de courir, mais là, ça fait un moment que je suis partie... et j'aimerais quand même bien arriver.

Alors patiemment, lentement, précautionneusement, je détricote.
Et je partage ces longs moments de dépit avec vous, en attendant de vous présenter mon gilet de Pénélope.


1 commentaire:

  1. Courage ma belle! J'espere que ce tricot est bien reparti !On était sur l'ile de ré aujourd'hui : j'ai pensé à la dernière fois car c'etait avec vous:-)

    RépondreSupprimer