jeudi 27 février 2014

Intimité(s)

"Un pincement au coeur, inattendu. Toutes ces pages que j'ai remplies de confessions, de frustrations, de rage et d'espoirs. Toutes ces pages abandonnées dans l'océan électronique. Il paraît que trente pour cent des moins de vingt ans ont un blog. C'est énorme. Et c'est sans compter les autres, les adultes spécialisés dans les critiques de livres, les analyses de films ou les débats politiques.[et la couture !] Il doit naître par jour autant de blogs que de bébés. Une orgie de création."

Lorsqu'on commence l'écriture d'un blog, a-t-on vraiment conscience de se livrer à tous ceux qui passeront par là par hasard ? Est-on jamais prêt à cette percée dans une intimité que l'on croit contrôler, mais jusqu'où ? 

C'est le sujet de cet excellent roman de littérature jeunesse, Blog, de Jean-Philippe Blondel, paru chez Actes Sud Junior en 2011.
 
 Un adolescent qui se crée un espace virtuel pour pallier l'étroitesse de  la maison familiale, et un père qui passe par là, et qui entre dans une sphère privée qui ne lui était pas destinée. Le conflit, et l'échange qui s'ensuit. 
Un magnifique échange entre deux générations, entre deux âges, qui se jugent, qui s'éloignent, qui ne se comprennent pas, et qui pourtant se ressemblent tellement. Je ressors très émue de ces pages qui disent avec beaucoup de justesse cet âge charnière où l'on réalise que l'enfance n'est plus, que l'âge adulte est dur, et que la famille reste le parachute pour sauter de l'un à l'autre.

Premier écho d'une lecture sur ce blog. Parce qu'elle m'a vraiment touchée. 
La catégorisation en littérature jeunesse est intéressante : je suis sure que ce roman parlera à mes élèves (auxquels j'ai bien l'intention de le conseiller !), et pourtant, quoique plus toute jeune, j'y trouve aussi mon compte. C'est un livre-témoin qui permet d'établir une communication à l'âge où souvent elle se rompt.

Je me plais à rêver qu'un jour je communiquerai avec mes enfants à travers de jolis livres, comme celui-ci, pour se dire de belles choses avec des mots si justes, trouvés par d'autres.

1 commentaire: